Vai al contenuto

(live report) : Massive Attack @Le Zénith (Paris, 11 février 2019)

 

Double rendez-vous à Paris avec Massive Attack au beau milieu, en ce début d’année, d’une tournée hommage à leur album mythique, Mezzanine, qui fête son vingt et unième anniversaire

Une tournée historique à bien des égards : tout d’abord par la présence d’Elizabeth Fraser de Cocteau Twins, qui rejoint sur scène, Robert “3D” Del Naja et Grant “Daddy G” Marshall pour interpréter les titres auxquels elle avait collaboré sur l’album Mezzanine.

Les deux Zénith parisiens sont à guichets fermés. Tous les billets furent vendus en quelques heures, signe révélateur de la fascination et l’ascendant provoqués par le groupe et Mezzanine, leur chef-d’œuvre, un des albums plus significatifs des années 90;  album qui , 21 ans après sa sortie, garde tout son charme auprès d’un public transversal et hétérogène.

IMG_20190211_221806

Aucune première partie n’était prévue et le concert commença quelques instants avant 21h.
Un grand écran placé au fond de la scène s’allume et des flashs lumineux rouges sont envoyés pendant que les musiciens gagnent leur place. Et le concert peut commencer.
La setlist est uniquement composée des 10 titres de l’album plus les reprises des morceaux présents sur l’album sous forme de samples. A cela s’ajoute, pour l’occasion, le sulfureux Bela Lugosi’s Dead, de Bauhaus. C’est sur les notes de I found a Reason de Velvet Underground, échantillonné dans Risingson, que la soirée commence. Ce sont des reprises qui, avouons-le, sont sans aucun doute, très fidèles aux versions originales. Le résultat est une sorte de décalage entre les nuances d’avant-garde qui habitent Mezzanine et les sonorités plus calmes de ces reprises.

IMG_20190211_210504

IMG_20190211_210849

Les toutes premières émotions arrivent à l’occasion du magnifique duo entre 3D et Daddy G, qui avec leurs voix à la fois différentes et complémentaires, engagent un dialogue rappé sur fond de synthétiseurs, sur les notes de Risingson. Elles continuent en crescendo avec Man Next Door, titre interprété par un extraordinaire Horace Andy, qui, avec Elizabeth Fraser, nous offrira les moments les plus intenses de la soirée.
Cheveux blancs très courts, tout de noir vêtue, la chanteuse de Cocteau Twins se produit une première fois sur une scène plongée dans la pénombre, à l’occasion de Black Milk. Éthérée et royale, elle est accueillie par une ovation qui nous fait immédiatement comprendre qu’elle est la véritable vedette de la soirée. Sa voix cristalline s’impose rapidement et le public l’écoute, dans un silence presque religieux. La même magie se reproduira à chaque fois que Liz reviendra sur scène, c’est-à-dire à l’occasion de la belle reprise de Where Have All the Flowers Gone, titre de Pete Seeger, présent sur Mezzanine et à la fin du spectacle avec les titres mythiques Teardrop et Group Four, morceaux qui, par cette interprétation, justifient à eux seuls le prix du billet.

IMG_20190211_221811

Les apparitions sur scène d’Horace Andy ne sont pas moins passionnantes : je ne mentionnerai que les versions éblouissantes de See a Man face et juste avant Teardrop, Angel, titre toujours aussi puissant.

3D et Daddy G restent durant la quasi-totalité du concert en arrière-plan. Il est bien connu , toutefois, que 3D , tout autant graffeur que musicien, est l’auteur des images et des textes, en français uniquement, qui défilent tout au long du concert sur le grand écran du fond de la scène, dans une sorte de dialogue vertigineux avec la musique. Les images sont souvent perturbantes et rappellent l’engagement politique et social du groupe.
Les interactions avec la salle sont réduites au strict minimum, mais, compte tenu du format retenu pour cette setlist, rien de différent n’était envisageable. Un spectacle parfaitement équilibré entre arts visuels, musique et émotions. Peut-être que tout était trop parfait ?
En tout cas, ce fut l’un des concerts à ne pas manquer cette année.

Une traduction en italien du live report est disponible à ce lien.

IMG_20190211_204936

DSC02115

DSC02114

DSC02116
Setlist

I Found a Reason — (The Velvet Underground cover)

Risingson

10:15 Saturday Night (The Cure cover)

Man Next Door

Black Milk (with Elizabeth Fraser)

Mezzanine

Bela Lugosi’s Dead – (Bauhaus cover)

Exchange

See a Man’s Face (Horace Andy cover) (with Horace Andy)

Dissolved Girl (Tapped vocals)

Where Have All the Flowers Gone? (Pete Seeger cover) (with Elizabeth Fraser)

Inertia Creeps

Rockwrok (Ultravox cover)

Angel (with Horace Andy)

Teardrop (with Elizabeth Fraser)

Group Four (with Elizabeth Fraser) (With Avicii’s Levels intro)

Coeurs & Choeurs - de l'actualité indierock - Mariangela Macocco Mostra tutti

For every evil under the sun, there is a remedy, or there is none, If there be one, try and find it, If there be none, never mind it.

2 pensieri riguardo “(live report) : Massive Attack @Le Zénith (Paris, 11 février 2019) Lascia un commento

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: